Eric Dumonpierre, le patron responsable qui n’existe pas

Eric Dumonpierre a été élu patron de l’année en 2009. Il est le PDG du laboratoire pharmaceutique BERDEN. Il est fabricant du Mutorex, molécule active destinée à lutter contre l’obésité. Ce ne sont pas les seuls caractéristiques de ce patron atypique. « Socialiste », voire « trotskiste », les qualificatifs ne manquent pas pour désigner son approche salariale et sociale. Il affiche des valeurs idéales qu’aujourd’hui aucun patron ne pourrait se vanter de respecter (salaire et primes indexés au résultat de l’entreprise, transparence totale vis à vis des employés etc..). On peut lire une interview sur le LePost[1], et sa réputation lui vaut la première page de Google sur la recherche « patron responsable ».  Il a son site officiel[2], un blog perso[3], un profil Viadeo[4] assez sommaire, un autre sur LinkedIn[5] et l’entreprise a même son blog[6].

Autre marque de gloire, Eric Dumonpierre a également des détracteurs très actifs sur la toile. Ethique critiquable accuse  l’association Lab’éthique[7], citant par exemple des tests de ses médicaments sur les animaux. Fausse politique de préservation de l’emploi, puisque l’entreprise délocaliserait en fait une grande partie de la fabrication de ses médicaments. Attaques virulentes, qui ont poussé Eric Dumonpierre et le laboratoire Berden à recourir aux services

du cabinet Beneto&Benet pour les défendre[8].

Une affaire tumultueuse ? Et pourtant combien d’entre nous en ont entendu parler ? Très peu. Et pour cause : Eric Dumonpierre n’existe pas ! Pas plus que Berden, Beneto&Beneto, ni même Lab’éthique. S’ils existent ce n’est que dans l’imagination de Ludovic François, professeur à HEC Paris…et maintenant, de manière purement virtuelle, sur la toile.

Il a créé un personnage, une entreprise, une histoire, et pour plus de consistance, des interactions avec d’autres : e-réputation, interviews, résultats d’exploitation… le tout pour arriver à les faire apparaitre en première page de Google comme un modèle de patron qui semble ne plus exister aujourd’hui ! Il a voulu ensuite ternir sa réputation. Il lui a donc inventé des faux-pas, des opposants, et même un cabinet conseil pour défendre sa réputation et attaquer les opposants. Tout n’est que pure invention, et Internet a été un outil assez facile à utiliser pour monter cette histoire de toute pièce.

Ce qui est bien réel par contre, ce sont les CV reçus par le laboratoire BERBEN, ainsi que les injonctions de vrais laboratoires intimant l’ordre de stopper la commercialisation du Mutorex

Une histoire incroyable d’e-reputation, qui démontre à quel point il est facile de créer un personnage, lui inventer une vie, et même lui porter préjudice sur le web.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>